4321 . Paul Auster. Actes Sud 💛💛💛💛💛

4 3 2 1 par Auster

Avant de se confronter à 4321 de Paul Auster , il faut se préparer , comme on se prépare pour une aventure ,une expédition.
Nous voila devant un livre de plus de 1 000 pages pesant au propre comme au figuré son pesant de phrases, de chapitres , d’érudition littéraire et d,histoire des Etats Unis entre 1950 et 1970.
Se confronter à un livre de plus de 1 000 pages cela veut dire que la lecture peut être longue et prendre quelques jours ou semaines. Doit -on s’atteler à cette seule lecture ou doit on intercaler des livres plus courts pour s’offrir un sas.
Les quelques informations glanées sur le livre me disait que l’écriture de Paul Auster avait changé et que le livre était fait de longues phrases pouvant atteindre jusqu’à 25 lignes.
Ces même informations m’indiquaient que le livre détaillait la jeunesse et l’adolescence d’un jeune homme mais sous quatre angles différents.
Armé de toutes ces infos , je me lançais tête la première dans la lecture de 4321 et de la jeunesse d’Archibald Ferguson.
Il faut être honnête et dire que la mise en route sur les 150 premières pages fut un peu difficile. Difficulté due au découpage du roman avec la vie des quatre Ferguson racontée par tranches les unes après les autres.
Quelques pages avec Ferguson 1 puis idem avec Ferguson 2 3 et 4.
Il faut s’imprégner de la famille Ferguson. L’avantage c’est que Archie Ferguson 1 2 3 ou 4 a les mêmes caractéristiques physiques mentales ,tout comme sa famille ,quelque soit le numéro du Ferguson. Cela facilite la compréhension sachant qu’entre les chapitres consacrés à chaque Ferguson il y a des interactions.
Restaient encore deux écueils :
1/Est il raisonnable de lire parallèlement d’autres livres ?
2/ Dans la lecture la tentation est grande de lire à la suite chaque histoire de Ferguson au lieu de suivre la chronologie du livre.
Après m’être échappé sur une autre lecture , j’ai vite compris qu’il fallait que je reste fidèle à 4321
Et j’ai aussi décidé de suivre la chronologie qu’avait mise en place Paul Auster
Une fois ces postulats compris et intégrés la lecture de 4321 devient plus simple et assez entêtante.
Nous sommes confrontés à 4 Ferguson qui vont vivre différemment leur jeunesse, leur adolescence et leur arrivée au monde adulte.
Ces bifurcations dans leur vie seront dues au travail des parents , à la vie de couple des parents , à la famille mais aussi au rapport à la mort d’un être cher.
Ces 4 déclinaisons possibles de la vie d’Archie Ferguson sont complètement imbriquées dans la vie sociale , politique des Etats Unis entre 1950 et 1970.
Comme à son habitude Paul Auster pose ses personnages autour de New York et de Brooklyn. Comme à son habitude Paul Auster nous fait part de sa francophilie et de son goût du cinéma , de la poésie et du base-ball.
Comme je l’ai dit plus tôt Archie Freguson est UN et ces quatre déclinaisons reprennent ce UN.
Ce qui fait que les 4 Ferguson sont des épris des lettres , de l’écriture ,du cinéma et de la poésie et que chacun pendant son adolescence et ses études va chercher à se réaliser par le journalisme , l’édition où l’écriture.
Dans ces 1000 pages au gré des identités de Ferguson , nous serons plongé dans l’Amérique politique avec l’assassinat de Kennedy et Martin Luther King , dans l’Amérique en guerre avec la guerre du Vietnam, dans l’Amérique sociale avec la ségrégation raciale ( émeute de Newark) , mais aussi dans l’Amérique universitaire de Columbia et Princeton avec la rebellion et les émeutes estudiantines.
Les 4 Ferguson traverserons différemment ces Amériques et à travers ces traversées nous retrouverons les grands thèmes chers à Paul Auster : la recherche du père – la difficulté de vivre en couple – le sexe est il amour ? et inversement et puis son amour pour la littérature la poésie et le cinéma.
Et sa passion inextinguible pour le base ball. Ce qui donne des pages qui sont assez ardues à lire pour un Frenchie.
Enfin dans ce livre courre de la première à la dernière page la quête de l’identité .
Notre identité se réalise t ‘elle entre 0 et 20 ans.
Quels choix avons nous ?
Qui sommes nous , notre passé est il important. Serions nous tous des immigrés ?
Quelle importance de s’appeler Reztnikoff , Ferguson ou Rockefeller ?
4321 est un grand livre sur la recherche de soi et de nos vies possibles ou rêvées.
Lancez vous dans l’aventure et l’expédition de 4321 .
C’est une aventure humaine hors norme.
J’ai le souvenir des paroles d’une chanson des Cow-boys Fringants , groupe canadien de musique rock
La chanson s’appelle Droit Devant.
Elle est pour moi un joli reflet au livre de Paul Auster.
Prépare toi petit garçon
Elle s’ra longue l’expédition
Et même si on n’en revient jamais vivant
Il faut marcher Droit Devant
Quand il était haut comme trois pommes
Et qu’il n’était qu’un tout petit bonhomme
On le poussa hors du berceau
Lui mettant un baluchon sur le dos
Le bagage vide d’expérience
Il posera le pied dans son existence
On n’est pas sitôt arrivé
Que l’on doit faire face à sa destinée
D’abord il faut franchir ce fleuve
Qui est l’enfance de toutes les épreuves
Là où même sa propre famille
Risque de le couler par la torpille
Déjà on saura si sa coque
Et son bateau traverseront les époques
Ou bien s’il ramera à la dure
Dans une chaloupe remplie de fissures
Prépare toi petit garçon
Elle s’ra longue l’expédition
Et même si on n’en revient jamais vivant
Il faut marcher Droit Devant
Puis vient ce passage obligé
Dans cette forêt parfois agitée
Là où en plus d’chercher sa voie
On est souvent perdu au fond de soi
C’est en sortant de cette allée
Qu’il pourra prendre les routes pavées
Ou se contenter d’une avenue
Précaire en dehors des sentiers battus
Prépare toi petit garçon
Elle s’ra longue l’expédition
Et même si on n’en revient jamais vivant
Il faut marcher Droit Devant
Enfin vient la montagne hostile
Et son ascension au mille périls
Où les victoires sont triomphales
Mais où les chutes sont souvent brutales
Seuls quelques-uns se hissent en haut
Et réussissent à planter leur drapeau
La plupart stoppe à mi-trajet
Et se résigne bien à court du sommet
Prépare toi petit garçon
Elle s’ra longue l’expédition
Et même si on n’en revient jamais vivant
Il faut marcher Droit Devant
Quand viendra l’âge du bilan
L’important sera que tu sois content
Car on fait ce qu’on peut dans la vie
Tout dépend de ce qu’on a comme outils
On voudrait tous être aux commandes
Mais l’offre est plus petite que la commande
Que l’on soit minus ou géants
Il faut être fort pour traverser le temps.
Bonne chance

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s