Lettre au dernier grand pingouin. Jean Luc Porquet . Editions Escales 💛💛💛💛

Lettre au Dernier Grand Pingouin par Porquet

Je viens de passer quelques heures avec un Grand Pingouin.
Vous ne connaissez peut ĂŞtre pas le Grand Pingouin ( je ne le connaissez pas avant moi-mĂŞme)
Il s’agit d’un alcidĂ© de 80cm de haut avec un très grand bec un manteau de plumes noires et blanches , des pattes palmĂ©es Ă  3 doigts et 2 moignons d’ailes.
Si vous souhaitez le rencontrer il faudra aller dans les musĂ©es d’histoire naturelle Ă  Nantes le havre Abbeville ou encore dans les rĂ©serves des musĂ©es de Lille ou Saint Omer.
Le grand pingouin a disparu de la surface de la Terre en 1844.
c’est de ce constat qu’est parti Jean Luc Porquet pour Ă©crire Lettre au dernier grand pingouin.
Cette lettre est un plaidoyer pour l’Ă©cologie , la nature et les animaux.
c’est aussi une rĂ©flĂ©xion sur la place de l’homme , sur sa responsabilitĂ© dans le monde qu’il fabrique.
c’est une rĂ©flĂ©xion Ă©rudite et vulgarisatrice sur notre Ă©cologie , sur notre Ă©conomie sur notre pouvoir.
les cycles naturels de la terre ont fait qu’il y a eu cinq extinctions.
Nous sommes entrain de vivre la sixième. La diffĂ©rence par rapport au cinq autres c’est que celle -ci n’est pas entièrement naturelle.
c’est l’Homme lui-mĂŞme qui est le chef d’orchestre.
Et Jean Luc Porquet de développer les thèmes de la croissance verte , de la décroissance.
De rĂ©flĂ©chir sur l’intĂ©rĂŞt de protĂ©ger le monde animal avant de protĂ©ger l’homme . Est ce normal ?
De rĂ©flĂ©chir Ă  un monde oĂą l’on ne mangerait plus d’animaux ni les produits dĂ©rivĂ©s. Est ce bien le vĂ©ganisme ?
Et puis il y a des moments de poésie autour des lucioles , des papillons , des petits déjeuners dans la maisonnette.
Je serais juste partagé sur la fin du livre où il termine en retournant au grand silence.
Est il trop tard pour agir ?
Cette élégie funèbre et désabusée est semble -t -il sans espoir.
je ne le pense pas . Toutes les actions entreprises ,mĂŞme infimes sont un maillon sur le chemin de la terre.
Je terminerais par une anecdote personnelle.
Il y a quelque temps j’ai visitĂ© le MusĂ©e d’Histoire Naturelle de Paris et sa galerie de l’Evolution et la salle des espèces disparues
J’Ă©tais avec ma petite fille de 5 ans
Elle est restée sidérée devant le Dodo et elle a pleuré.
Elle disait : pourquoi il a disparu ? pourquoi il ne peut plus vivre ?
Dans ces pleurs il y avait une réelle émotion et une réelle incompréhension.
Ce livre de Jean Luc Porquet nous ouvre à ces émotions et ces interrogations.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s