Chien-Loup de Serge Joncour. Flammarion

Chien-Loup par Joncour

 

Perdasommet dCausse dQuercy dans le Lot , une maison de pierre situé aMont d’Orcières a été à 100 ans d’écart un acteur principal de la vie des hommes et des animaux.
le Mont d’Orcières est un lieperdoffrant à 360 degrés une vue allant duLot amassif Central.
Pour atteindre ce lieu , une pente à forte déclivité vous attends avant d’atteindre les prés , les ronces, les broussailles , la forêt et toute la vie animale diurne et nocturne qui évolue dans ce paysage.
C’est dans ce contexte que Serge Joncour va nous raconter deux histoires construites autour de cette maison de pierre.
D’abord en 1914 , le tocsin a sonné , la guerre est déclarée. Tous les hommes valides ont rejoint le front , tout comme les animaux ( Vaches et chevaux) qui servent à acheminer hommes et matériel.
Reste au village au pied du Mont d’Orcières , les femmes , les enfants , quelques hommes , les moutons et les brebis.
Et voila que ce présente Wolgang , allemand , dompteur de profession.
Dompteur veut dire lions , tigres. Ils sont au nombre de Huit.
Wolgang ne veut pas de cette guerre. Il déserte et demande au maire du village de bien vouloir l’accepter sur les terres du village.
Le maire accepte et lui propose de s’installer au dessus du village au Mont d’Orcières dans cette maison pierre.
En 2017 , Franck et Lise sont un couple de parisien , la cinquantaine. Lise est comédienne avec de moins en moins de rôles . Franck un producteur de cinéma surbooké mais mise en difficulté avec la nouvelle génération et les nouveaux médias tel Netflix.
Lise souhaite coupée avec cette vie et propose à Franck de faire un break de 3 semaines loin de tout. Elle a déniché une location sur le plateau du Quercy , au Mont d’Orcières. Maison en pierre ,loin de tout. Pas de réseaux – Pas de Wifi. Etre seul au contact de la nature.
Lise va pouvoir méditer , faire de la peinture , se ressourcer.
A l’inverse Franck appréhende ces 3 semaines coupées de tous. Comment va t il pouvoir faire alors que son monde c’est la communication , les médias. Etre connecté coûte que coûte.
C’est le point de départ u roman de Serge Joncour Chien-Loup.
D’un chapitre à l’autre nous passerons de 1914 à 2017.
En parallèle deux histoires vont se construire et petit à petit des passerelles entre ces deux histoires vont apparaître.
En mettent en scène ces deux histoires , Serge Joncour nous éclaire sur un passé anéanti par la guerre et un présent aux prises avec la nature et la violence.
Et au coeur de tout cela le monde animal.
A ce titre la première page du livre est symptomatique. Tout commence par des hurlements , des aboiements , des culs de casseroles que l’on frappe, des cris.
« La nuit , les bois sont un royaume peuplé de cris et de chevauchées. dans l’ombre les animaux en profitent pour vivre à l’abri des hommes, de loin on les entend chasser ou s’accoupler, certains même se battre, chaque nuit la terre redevient le monde des bêtes sauvages, et ce soir-là elles l’étaient plus que jamais  » (page 10)
Ce livre vous attrape et ne vous lâche plus. C’est physique , dés fois bestial .
C’est massif , c’est du corps à corps.
Et puis comme toujours avec Serge Joncour il y a la poésie , les bruits , les odeurs ,les parfums, la nature , les détails d’une vie humaine ou animale.
Il y a aussi avec délicatesse , avec pudeur , les amours de guerre , la découverte des corps.
A travers ces deux histoires qui paraissent très éloignées , Serge Joncournous fait réfléchir sur la sauvagerie du monde et de la nature.
Sauvagerie d’une guerre mondiale qui laisse les femmes seules au prise avec les champs , les animaux.
Sauvagerie d’un village qui verrait bien Wolgang le dompteur comme un bouc émissaire.
Sauvagerie de prédateurs ( Lions et tigres) que leur atavisme poussent vers les brebis.
Il semble que cette sauvagerie est du siècle dernier !
Et pourtant en 2017 , Franck est confronté à la sauvagerie du monde de la communication , à la sauvagerie des réseaux sociaux et du tout connecté.
Il pense que la nature est sage et domptée. N’empêche qu’il retrouvera vite une nature sauvage dans ces peurs : bruits des animaux, la forêt la nuit.
Cette dualité entre nature sauvage ou apaisée , il la retrouvera, avec l’apparition du Chien-Loup et ce questionnement . Quelle part de l’homme dans l’animal et quelle part de l’animal dans l’homme?
Chien-Loup est l’un des grands romans de la rentrée littéraire.
Un petit séjour de quelques semaines sur le Mont d’Orcières nous désintoxiquerais de notre monde surbooké et nous rappellerais que l’homme vit au milieu de la nature et des animaux.

Chien-Loup. Serge Joncour. 2018. Flammarion. 476 pages.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s