La petite sonneuse de cloche de Jérôme Attal. Robert Laffont.💛💛💛

La petite sonneuse de cloches par Attal

Quelle belle idée de départ !
Un vénérable professeur de littérature française est interpellé par les dernières phrases du chapitre cinq du livre dixième des Mémoires d’outre-tombe.
Voici ses phrases :  » j’entendis le bruit d’un baiser, et la cloche tinta le point du jour. La sonneuse fut épouvantée  lorsque je sortis avec elle par la porte du cloître.  Je lui contai mon aventure; elle me dit qu’elle était venue remplir les fonctions de son père malade : nous ne parlâmes pas du baiser.
Nous sommes à l’abbaye de Westminter à Londres.
Notre vénérable professeur de littérature française travaille à l’écriture d’un livre sur les amours De Chateaubriand.
Il est gravement malade et va mourir avant d’avoir terminé son livre.
Son fils Joachim va trouver les épreuves du livre et un chapitre en friche s’ouvrant sur l’interrogation : la petite sonneuse de cloches ?
Joachim part alors pour Londres afin de répondre  à cette interrogation.
A partir de cette idée Jérôme Attal va développer deux fictions :
La recherche par Joachim  des documents et archives pouvant valider l’existence de cette petite sonneuse de cloche.
Mais surtout la recherche De Chateaubriand  qui veut retrouver le goût de ce baiser  et le visage de la petite sonneuse.
Tout au long du roman les deux recherches se répondent. Recherche d’amour, de romantisme.
Malheureusement Jérôme Attal reste sur l’écume des sentiments et des situations.
Et quelque soit la fiction, en 1793 ou de nos jours,  l’histoire ne décolle pas.
Le Londres de 1793 est bien documenté,  la vie de migrant de Chateaubriand de même.
Quand à Joachim, on s’aperçoit rapidement que sa recherche est l’exact reflet de celle De Chateaubriand.
Peut être que cette écume des sentiments et des situations correspond  la frivolité du milieu artistique et aristocratique du Londres de 1793.
Dans une interview  Jérôme Attal indique que son roman aborde Deux révolutions,  la révolution française,  et la révolution du sentiment amoureux. Celui ci passant du libertinage, des liaisons dangereuses au romantisme.
Je n’ai trouvé que partiellement dans son livre cette révolution du sentiment amoureux.
La recherche magnifiée de la petite sonneuse de cloches ou de la femme du 21ème siècle me paraît vraiment partielle pour parler du romantisme.
On revient à l’écume des choses.
Néanmoins La petite sonneuse de cloches reste un roman très agréable à lire.
C’est peut-être l’essentiel mais je crains que dans quelques semaines le roman sera comme l’écume,  évaporée.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s