Cent millions d’années et un jour de Jean Baptiste Andréa. L’Iconoclaste.💛💛💛💛💛

Cent millions d'années et un jour par Andrea

Quel livre déroutant, magique, poétique.
Il tient du conte , du roman d’aventure ,du huis clos, de la recherche du temps perdu.
En tenant du conte il fait pétiller dans nos yeux les histoires, les rêves de notre enfance .
En faisant la part belle à la haute montagne , il nous entraîne dans ces aventures d’amitié d’honneur et de danger.
En nous laissant dans la gangue des moraines et des glaciers, il nous livre un huis clos au plus près de la glace , des seracs,  des craquements et de la beauté bleue d’un glacier.
En nous parlant des fossiles, des dinosaures et des dragons  il nous parle d’un temps enfoui, d’une recherche du temps perdu, d’une recherche de l’enfance, d’une mère , d’un père.
Quand je dis  » il » je parle d’un livre mais derrière ce livre il y a l’écriture, la poesie de Jean Baptiste Andrea.
Cette écriture et cette poésie qui nous emmène loin dans cette montagne entre France et Italie.
« Les yeux fermés,  j’aspire une grande bouffée  de nuit et de flammes, de flocons et d’encens. Je ne me suis pas senti aussi bien depuis longtemps. Je suis à cet instant charnière de la vie d’un homme, le point du fou, celui où plus personne ne croit en lui. Il peut reculer, une décision  dont tout le monde sans exception louera la sagesse. Ou aller de l’avant, au nom de ses convictions. S’il a tort il deviendra synonyme d’arrogance et d’aveuglement.  Il sera à jamais celui qui n’a pas su s’arrêter.  S’il a raison, on chantera son génie et son entêtement face à l’adversité  .
C’est l’heure grave de ne plus croire en rien, ou de croire en tout.  » ( p. 201)
Stan croit en tout . Il est un éminent paléontologue.  Il croit dans l’histoire d’une grotte dans la montagne et dans laquelle dormirai un squelette de dragon
Ni une ni deux, il forme une expédition avec Umberto ami paléontologue,  Peter assistant de Umberto  et Gio guide de haute montagne.
La quête est en route. Mais de quelle quête s’agit-il ?
Est ce une quête de l’enfance, une quête de soi même ?
Et pour le lecteur  » c’est l’heure grave de ne plus croire en rien, ou de croire en tout »
Laissez vous emporter par la magie de l’écriture  de Jean Baptiste Andrea,  oser croire au histoire de dragons, laissez un peu de place aux rêves  et à l’enchantement, mais aussi à la dureté de la vie.
Acceptez d’aller  ou Jean Baptiste Andrea nous entraîne.
Sur un glacier à la recherche d’un fossile.  Cent millions d’années.
Le voyage à été long. Il en a fallu des fossiles  pour en arriver là : Un jour.
Une mère,   un petit.
 » On sera bien ici, tous les deux. Comme autrefois »,Cent millions d’années et un jour.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s