La redoutable veuve Mozart d’Isabelle Duquesnoy. La Martinière .💛💛💛

La redoutable veuve Mozart par Duquesnoy

Le titre du dernier roman d’Isabelle Duquesnoy La redoutable veuve Mozart caracterise bien Constance Weber,  femme de Mozart.
Redouter : craindre vivement quelqu’un ou quelque chose; envisager comme dangereux, avoir peur.
Constance Weber est tout cela et même plus.
Nous sommes le 5 Décembre 1791 et Mozart vient de mourir à l’âge de 35 ans . Il est perclus de dettes. Il laisse une veuve Constance et deux enfants Karl et François Xaver. Il laisse aussi une oeuvre musicale en devenir ou plus probablement oubliée.  Quand un musicien meurt , un autre prend sa place dans l’aristocratie et les cours royales. … Beethoven,  Schubert…..
Quand un musicien meurt et que son convoi funéraire l’emmène à la fosse commune son oeuvre musicale est bien loin d’être reconnue.
Et pourtant une femme va tout faire, tout sacrifier pour que le nom de Wolgang Amadeus Mozart vive à jamais.
C’est ce que nous raconte Isabelle Duquesnoy à travers un long texte, une longue lettre qu’elle envoie à son fils aîné Karl.
Et Constance Weber épouse Mozart est sûre de son fait :
 » le festival Mozart , c’est moi.
Les monuments et les statues dressées  dans les jardins publics c’est moi.
Le Mozarteum de Salzbourg,  c’était mon idée.  J’ai même tenté  de t’imposer (  Karl ) comme directeur mais tu n’en avais pas la capacité.
Aujourd’hui, sans doute parce que je suis âgée  et que tu me vois criquette et ratatinée, tu viens me faire des reproches. Mais qui es-tu, pour me dire que j’ai mal agi ?  »
Elle est sûre d’elle aussi pour vendre et revendre dès fois de façon frauduleuse les partitions du Requiem.
Elle est sûre d’elle aussi pour changer les prénoms de son fils François Xaver en Wolgang Amadeus II.
Celle longue lettre nous dit aussi l’amour,  la fidélité qu’elle portait à   Mozart.
Mais cette amour, cette fidélité a  tout emporté,  a garotté ses  fils.
Isabelle Duquesnoy nous replonge dans cette fin du 18ème siècle et ce début du 19eme siècle à  Vienne alors que le bruit et la fureur de la Révolution française apportent  leurs lots  d’aristocrates en Autriche avant que Napoléon ne viennent installer son Empire.
Constance Weber a dormi avec le masque mortuaire de Mozart, a gratté à mains nues la terre de la fosse commune pour retrouver une relique de son mari.
Redoutable était-elle, mais que nous lui devons nous de connaître le génie de Wolgang Amadeus Mozart.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s