Ceux qui partent de Jeanne Benameur. Actes Sud.💛💛💛💛

Ceux qui partent par Benameur

Elles Island au large de New York, la porte d’entrée des Amériques pour les émigrants aux confins du 19ème et 20ème siècle.
J’ai eu la chance d’aller à Ellis Island et de prendre le temps d’une journée complète pour m’imprégner des lieux. Prendre le temps de visiter chaque pièce et les documents et expositions proposées. Prendre le temps de faire face aux dortoirs mais aussi à cette grande salle vide qui accueillait en longues lignes parallèles la cohorte des émigrants. …
Mais la salle était vide et le bruit de fond était celui des visiteurs et non des émigrants.
Le livre de Jeanne Benameur Ceux qui partent restitue à merveille Ellis Island et le grouillement de cette foule cosmopolite.
Nous sommes un jour brumeux de 1910 et un paquebot d’émigrants va accoster à Ellis Island.
Parmi eux Donato et sa fille Emilia, quittant l’Italie du Nord et L’Europe bientôt au prise avec la guerre.
Il y a aussi Esther, arménienne seule survivante de la destruction de son village, Gabor gitan et violoniste avec sa  » famille » rêvant des plaines d’Argentine.
Sur le bateau il y a aussi Andrew Jonson , jeune photographe vivant à New York et aimenté par Ellis Island. C’est là que sont arrivés ses parents et grands parents en provenance d’Islande. Il a un besoin vital de comprendre son histoire au travers du regard des autres émigrants.
Le roman va se dérouler dans un laps de temps très court entre la fin de journée et l’aube du lendemain.
Pendant cette nuit à Ellis Island tous ces personnages vont se croiser, se rencontrer, s’émouvoir.
C’est la partie du roman de Jeanne Benameur , la plus prenante , la plus émotionnelle.
Jeanne Benameur par une écriture empathique, tendre, sentimentale dans le bon sens du mot nous fait vivre de l’intérieur cette perte de racines, ce départ voulu ou non. Elle nous parle de la terre natale, de la langue, de la solidarité, de la perte dans des phrases sublimes de vérité .
Elle arrive à faire naître une sensualité dans ce lieu d’exil.
Et puis patatras, brutalement le bonheur de lecture se dissout . D’émotion et de sensualité, nous passons à la sexualité. Alors qu’il n’en n’avait pas été question depuis le début du livre, la plupart des personnages deviennent  » accros » et c’est cela qui dicte la suite du roman.
Il m’a semblé que Jeanne Benameur avait perdu le fil de son roman et l’on tombait dans un sentimantalisme de pacotille.
Grande frustration alors que Emilia, Donato, Gabor et Andrew sont confrontés à leurs racines, et à leur nouvelle vie d’émigrés.
Même sentiment quand Jeanne Benameur caractérise ses personnages par une couleur. L’idée de départ dépeint bien le personnage mais cela devient vite confus.
En Synthèse une déception ,mais je retiendrais Ellis Island et ses Émigrants.
Toute ressemblance avec la réalité n’est pas fortuite…..
Le jour du lendemain
Il faudrait toujours savoir attendre avant de chroniquer un livre.
La nuit ( tellement en question dans le roman) porte conseil
La nuit la lecture de quelques avis et critiques , quelques discussions font réfléchir.
Ces deux parties très distinctes dans le livre de Jeanne Benameur me posait question par leur singularité et par la place prise par les corps et la sexualité dans cette nuit d’Ellis Island.
Une chronique sur un blog évoquait cette sexualité comme le seul langage commun dans cette foule cosmopolite .
Une interview de Jeanne Benameur explique que ce qu’il reste à l’émigré c’est son corps, c’est son espace de liberté.
Et cet espace de liberté charnelle revient souvent dans le livre de Jeanne Benameur. Pour Donato c’est la voix, le théâtre, pour les gitans c’est la danse, pour d’autres c’est l’amour passionné, la fusion des corps. Enfin pour Hazel c’est une reconquête de son corps qui va jusqu’au changement d’identité.
Dans une autre interview, elle dit avoir voulu parler des interstices, de ces moments entre deux.
Entre l’arrivée à Ellis Island et le débarquement à New York pour une nouvelle vie.
Je comprends mieux maintenant les deux parties de ce roman, et ces réflexions éclairent différemment ce que je prenais pour un sentimentalisme de pacotille.
Quand vous émigrez, il n’y a que votre corps qui vous suive. C’est votre viatique , votre liberté .
 » la seule frontière, fragile, palpitante, c’est notre propre peau « . Page 106
« Toute extase est une oeuvre de chair. Il n’y a pas d’esprit sans la chair. C’est comme ça. On est un être humain et c’est comme ça. …On le vit au théâtre et on le sait…..ils savent que finalement le corps c’est tout. »
Merci à la nuit et aux avis et chroniques !
De 3 passons à quatre coeurs

 

Une réflexion sur « Ceux qui partent de Jeanne Benameur. Actes Sud.💛💛💛💛 »

  1. il est à mon programme car j’adore Jeanne Benameur dont j’essaie de lire tous les livres (et sa bibliographie est riche!) et qui ne m’a jamais déçue. je l’ai découverte avec « Profanes »
    Coup de cÅ“ur pour « Les demeurées »

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s