De pierre et d’os de Bérengère Cournut. Le Tripode💛💛💛💛

De pierre et d'os par Cournut

 

De Pierre et d’os de Bérengère Cournut est un roman qui concilie ethnologie, grands espaces arctiques, rites animistes et chamanisme autour du personnage d’Uqsuralik, jeune femme livrée à elle même.
Le roman n’est pas daté mais nous sommes certainement à la fin du 19eme siècle quelque part au milieu des glaces et de la banquise  sur le Territoire de Nuna. Nous sommes sur la Terre des Inuits entre Grand Nord Canadien et Groenland.
La famille d’Uqsuralik à posé son campement sur la banquise : igloo, chiens et traîneaux.
Un matin Uqsuralik entend un énorme grondement
 » Il est trop tard :la banquise est en train de se fendre à quelques pas de moi. L’igloo est de l’autre côté de la faille, ainsi que le traîneau et les chiens. Je pourrais crier, mais cela ne servirait à rien. …… Bientôt la faille se transforme en chenal, un brouillard s’élève de l’eau sombre. Petit à petit, ma famille disparaît dans la brume. » ( page 12 )
Uqsuralik est seule sur la banquise , avec son chien Ikasuk ,3 jeunes chiens et un couteau en demi lune.
Commence alors pour Uqsuralik une errance dans le Territoire de Nuna.
Uqsuralik sera confrontée à la nature belle et sauvage, aux animaux,  aux hommes et aux femmes Inuits mais aussi aux esprits qui peuplent la nuit gelée et glacée de l’ Arctique.
Le temps est rythmé  par les demi-lunes , les jours sans nuits et les nuits sans jours, mais aussi par l’éclosion des oiseaux, le bruit et la couleur de la glace.
Et dans ce rythme lancinant les hommes et femmes passent et vivent.
Ils vivent de leur pêche,  de leur chasse, de leurs histoires avec les esprits.
Ils vivent de leur chants que perpétue la tradition.
Bérengère Cournut rythme aussi son récit par les chants qui racontent les Inuits.
L’errance d’Uqsuralik est rythmée par tout ces éléments  et alors Bérengère Cournut nous brosse une fresque poétique du monde des Inuits.
Mais pas que..

Car à travers cette errance , est magnifié le féminin,  la procréation,  la vie.
Chant de Sauniq à Uqsuralik
Je suis née par beau temps
Dans une famille nombreuse
Ma mère m’avait prédit longue vie
J’ai échappé à plusieurs famines
Et connu plusieurs maris
J’ai donné naissance à beaucoup d’enfants
Certains nés de mon ventre
D’autres extraits par mes mains
Grâce à  eux, j’habiterai longtemps Nuna
Notre territoire commun
Parmi tous ces enfants
Uqsuralik,  ma dernière fille,
Tu es la seule pour qui je me fais du souci
Tu es à la fois ourse et hermine
Ta fille est un corbeau
Vous avez à  vous deux
La force de plusieurs animaux
En tirant ses cheveux
Ma petite mère Hila
A précipité la mort du Vieux
Et vengé son père
En s’associant de ton côté
A l’étranger nommé Naja
Tu t’apprêtes à voyager au delà
Des mondes perçus par la plupart d’entre nous
Uqsuralik,  ma dernière née
Ne dis à personne que ton initiation à commencé
Ou bien tes visions seront brouillées,  emprisonnées
Uqsuralik,  ma dernière née
Ne dis à personne que les esprits t’ont visitée
Ou bien tes pouvoirs seront brimés, entravés
Les femmes puissantes
Encourent d’abord
Tous les dangers.

Une réflexion sur « De pierre et d’os de Bérengère Cournut. Le Tripode💛💛💛💛 »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s