Manières d’être vivant de Baptiste Morisot. Acte Sud .💛💛💛💛

 

Manières d'être vivant: Enquêtes sur la vie à travers nous par Morizot

Manières d’être vivant est un ensemble de récits et de réflexions sur la place du vivant, de la nature, de l’homme.
Dans un premier temps Baptiste Morisot s’attache au récit de ces différents pistages de loups dans le Vercors.
Dans le deuxième partie du livre il devient philosophe pour nous parler d’interdependance , d ‘égards ajustés, de diplomatie.
Cette partie là est plus difficile à lire et à suivre pour les non initiés à la philo
La postface d’Alain Damasio permet une belle synthèse et une bonne compréhension du texte de Baptiste Morisot.
Néanmoins sans être un féru de philo, cet essai et ces récits apportent une réflexion sur le vivant tout à fait compréhensible .
Les passages, à la suite des loups dans le Vercors, sont magnifiques et ancre la réflexion de Baptiste Morisot dans la réalité.
Cette réalité nous rappelle que la nature n’est pas une ressource. Ressource extractive ou productive. La nature est le creuset de milliers de manières d’être vivant. Et que ces milliers de manières font que depuis la nuit des temps l’évolution de l’homme ( une manière parmi tant d’autres d’être vivant ) et de la nature est imbriquée. Ne pas oublier que nous venons de l’océan et que le sel nous est indispensable.
L’homme est amalgamé par les manières d’être vivant du passé mais aussi par celles du futur.
Nous ne sommes qu’une manière d’être. Et nous ne pouvons décréter soumettre la nature et les autres formes du vivant sous peine de disparaître.
Nous devons mettre en place des interdépendances, des diplomaties.
Prenons l’exemple des loups et des brebis et de leurs bergers.
Certain défendront à tout crin la réintroduction du loup.
D’autres défendront véhémentement le pastoralisme et le travail des bergers et des patous.
Chacun dans ces certitudes.
L’interdépendance C’est d’être d’un bord mais penser que dans l ‘autre bord il y a des choses justes qui pourraient faciliter et accroître la réussite de chaque bord.
En définitif nous devons avoir des égards ajustés. Jusqu’à récemment, nous avions peu d’égards pour la nature. Nous la traitions comme une ressource . Peu d’égards envers les abeilles avec l’intensification des pesticides.
Pourtant sans abeilles ,pas de pollinisation, pas de fleurs pas de printemps.
Les égards ajustés sont nombreux, tout comme les manières d’être vivant. Ne n’oublions pas.
C est ce que nous dit cet essai . Il peut être érudit et difficile mais il est salvateur.
Ça vaut le coup de prendre le temps de lire et de réfléchir aux manières d’être vivant.

Né en 1983 à Draguignan, Baptiste Morisot entreprend des études de philosophie en classe préparatoire littéraire, et étudie en tant qu’auditeur à l’École normale supérieure de Lyon, où il obtient l’agrégation de philosophie puis soutient en 2011 une thèse de doctorat sur le rôle du hasard dans le processus d’individuation, à la lumière de l’œuvre de Gilbert Simondon1. Après un an comme ATER à l’université de Nice, il est nommé maître de conférences dans le département de philosophie de l’université d’Aix-Marseille .

téléchargement (2)

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s