La Géante de Laurence Vilaine. Zulma. 💛💛💛💛💛

La Géante par Vilaine

 »Â Rimbaud marche toute la nuit, et à l’aube il s’assoit pour contempler sa récolte, seulement quelques pépites, parfois une bonne dizaine qu’il dispose en rond dans sa paume « 
Ce roman est une pépite. Gardez le longtemps au creux de votre paume !
Court roman (187 pages ) mais quelle écriture quelle poésie!
L’écriture est ciselée, dentelée comme les pics et les arrêtes des montagnes ou se situe le roman.
Noele vit au pied de la Géante, montagne imposante et austère. La Géante est le personnage central qui veille, qui peut être bienveillante mais qui peut aussi être dangereuse pour qui ne la respecte pas.
Noele, narratrice, fille de cette montagne, sorcière à ces heures, la parcourt en tout sens afin de cueillir les plantes, fabriquer des tisanes et ramasser les fagots de bois qui présage les feux de l’hiver.
Noele a un frère , Rimbaud, qui parle aux oiseaux et qui court les ruisseaux et torrents afin de ramener les pierres d’or.
Noele et Rimbaud ont été élevés dans la montagne par La Tante. C’est la mémoire du pays , la mémoire de Noele.
A ces trois personnages il faut joindre Maxim et Carmen.
Maxim est un journaliste qui vient se ressourcer et se soigner au pied de la Géante.
Carmen est photographe engagée dans un centre sanitaire au Congo. Elle envoie des lettres à Maxim. Lettres que l’amour enveloppe.
Afin de faciliter le travail du facteur, c’est Noele qui apporte les lettres à Maxim.
l’histoire est posée. Seulement l’histoire. Elle ne se raconte pas. Elle émeut.
Pour le reste ce n’est que poésie , délicatesse, découverte ouverture.
L’écriture de Laurence Vilaine est un écrin dans lequel brille la montagne , ses calades , ses marmottes , ses immortelles bleues. L’écriture est précise pour nous dire l’importance d’une robe , d’une blouse , d’une flanelle ou le mouvement d’un chignon. L’écriture devient poétique pour nous enivrer des immortelles des argousiers des sorbiers et des Tiou Tiou Tiou du petit duc.
L’écriture est littérairement suave et élégante quand il s’agit de ressentir l’absence et la distance dans le transport amoureux:
« Je t’embrasse longtemps »
 » Tu me manques… un peu. Ca veut dire infiniment « 
« Dans ton cou je pose ma tête »
« Je te serre »
« C’est l’heure des silences que l’on chuchote, je t’enveloppe. »
c’est un roman du coeur , de l’émotion, des sentiers et des chemins perdus dans la montagne à la recherche d’une chapelle, d’un amour.
Sans aucun doute il mérite une deuxième lecture , installé dans le Mercantour au pied de la Géante. et de la vallée des Merveilles.
Merveille comme ce roman !

Résultat de recherche d'images pour "laurence vilaine"
Laurence Vilaine est née en 1965, et vit à Nantes. Son premier roman, Le silence ne sera qu’un souvenir (Gaïa, 2011) a été très remarqué. Après un récit intimiste, La Grande Villa (2016), elle revient avec La Géante. « Écrire, c’est crier sans bruit, cracher entre les lignes, aimer en secret, frissonner beaucoup. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s