SidĂ©rations de Richard Powers. Actes Sud. 💛💛💛💛

Sidérations par Powers

SidĂ©rations de Richard Powers est un livre fort qui ne se laisse pas apprivoiser facilement. Richard Powers ne se contente pas d’Ă©crire une histoire de science fiction ou une histoire d’astrobiologiste ayant l’oeil pointĂ© dans les planĂštes par la grĂące des tĂ©lescopes.
Il ne se contente pas non plus de la seule relation d’un pĂšre avec son fils hypersensible.
GrĂące Ă  sa formation scientifique, son engagement Ă©cologique il nous livre un roman oĂč l’Ă©motion et l’intelligence lient des liens vertigineux dans notre monde chaotique.
Théo Byrne , astrobiologiste a perdu sa femme dans un accident.
Il Ă©lĂšve seul son fils de 9 ans, Robin. le petit garçon, hypersensible, dotĂ© d’une haute intelligence, avance au grĂ© de moments de calme et de crises de violence.
un petit garçon qui n’est pas fait pour l’Ă©cole, le lien social.
Pour le calmer Théo Byrne emmÚne son fils dormir à la belle étoile en lui racontant des histoires de planÚtes disparues ou inconnues.
MalgrĂ© ces moments sereins , ThĂ©o Byrne craint la mise en place d’un traitement chimique qu’il ne veut pas pour Robin.
Un ami lui parlera d’une thĂ©rapie comportementale , le NeuroFeedback qui devrait aidĂ© Robin.
Ce sera le cas.
Les rĂ©sultats sont fulgurants. L’intervention de l’Intelligence artificielle se rĂ©vĂšle trĂšs positive.
Tout cela peut paraitre beaucoup scientifique, un peu prise de tĂȘte. Cela aurait pu l’ĂȘtre. Mais ce n’est pas le cas. Et j’ai trouvĂ© dans la critique de Christine Ferniot dans TĂ©lĂ©rama la phrase juste pour expliquer cela :
 » Richard Powers revient toujours vers l’Ă©motion la plus bouleversante : celle d’un homme serrant dans ses bras son enfant en le suppliant de ne pas disparaĂźtre pour rejoindre toutes ces planĂštes qui chaque jour, chaque minute s’Ă©teignent dĂ©finitivement « 
LĂ  est le coeur du livre de Richard Powers.
Tout les jours des mondes disparaissent. L’Ă©toile qui brille a dĂ©jĂ  disparu et de ces mondes Ă©teints nous savons peu de chose. Ces mondes Ă©teints sont pourtant notre passĂ© et notre futur au milieux des galaxies.
Un petit bonhomme de 9 ans est une planĂšte Ă  lui tout seul. Et ce petit bonhomme hypersensible rĂ©agit au quart de tour. L’Ă©tat de la nature, le dĂ©rĂšglement climatique n’est pas pour lui un problĂšme Ă  rĂ©soudre dans 10 ans mais une tragĂ©die immĂ©diate.
Alors comment imaginer que Robin disparaisse sous un traitement chimique. Il est des Ă©toiles qui sont des vigies et qui ne doivent pas s’Ă©teindre.
Quelle place donnĂ©e Ă  l’altĂ©ritĂ© ?

« il Ă©tait une fois une planĂšte qui ne comprenait pas oĂč Ă©tait passĂ© tous les ĂȘtres. Elle mourut de solitude. C’est arrivĂ© des milliards de fois rien que dans notre galaxie  » Richard Powers Page 393.

Richard Powers

RENCONTRE AVEC RICHARD POWERS. COURRIER INTERNATIONAL

L’auteur de L’Arbre-Monde a Ă©tĂ© parmi les premiers Ă  mettre le vivant au cƓur de sa narration et Ă  saisir l’angoisse qui nous Ă©treint face aux pĂ©rils Ă©cologiques. Son nouveau roman, SidĂ©rations, paraĂźt ce mercredi 22 septembre chez Actes Sud. Rencontre chez lui, dans les forĂȘts du Tennessee.

C’est une matinĂ©e frisquette et pluvieuse d’aoĂ»t. Le romancier Richard Powers se trouve dans l’une de ses retraites prĂ©fĂ©rĂ©es, une toute petite plage de galets qui borde un torrent de montagne, dans les Great Smoky Mountains [une chaĂźne de montagnes qui abrite un parc national, Ă  cheval entre la Caroline du Nord et le Tennessee]. Il passe lĂ  d’innombrables heures Ă  pianoter sur son bloc-notes Ă©lectronique, Ă  nager dans les eaux glacĂ©es jusqu’à l’engourdissement, et Ă  contempler la canopĂ©e composĂ©e d’aulnes, de sycomores, de bouleaux, de pins blancs, de tsugas, d’érables et d’asiminiers, dans ce lieu qu’il connaĂźt dĂ©sormais comme sa poche.

L’écrivain est en arrĂȘt devant un gros rocher moussu d’apparence quelconque, entourĂ© de fougĂšres. â€œIl y a peut-ĂȘtre 50 espĂšces diffĂ©rentes de mousses sur 30 centimĂštres de rocher, s’enthousiasme-t-il. Si ça se trouve, ces lichens ont 1 000 ans.”

“Ne me lancez pas sur le sujet”, plaisante-t-il, tout en examinant une fougĂšre.

Richard Powers a posĂ© ses valises dans le Tennessee voilĂ  cinq ans, Ă  l’époque oĂč il travaillait sur son roman L’Arbre-Monde [Le Cherche midi, 2018], une Ă©popĂ©e sur plusieurs gĂ©nĂ©rations traitant de la vie mystĂ©rieuse des arbres. Il avait fait le dĂ©placement dans les Smoky Mountains pour Ă©tudier la forĂȘt ancienne du parc. Il a Ă©tĂ© tellement envoĂ»tĂ© qu’il a choisi de s’y installer Ă  demeure.

C’est en randonnant dans les bois alentour que lui est venue l’idĂ©e de son nouveau roman, SidĂ©rations [qui vient de paraĂźtre en anglais et en traduction française chez Actes Sud]. SituĂ© dans un futur proche, le livre a pour narrateur Theo Byrne, un astrobiologiste dont les travaux – la recherche de la vie sur d’autres planĂštes – lui semblent de plus en plus vains devant l’imminence d’un effondrement de la vie sur Terre. TourmentĂ© par les catastrophes qui surviennent autour de lui, Theo s’inquiĂšte pour son fils de 9 ans, Robin, accablĂ© de chagrin par la mort de sa mĂšre et par l’état de la planĂšte.

Un auteur lessivĂ©

SidĂ©rations est la derniĂšre incursion, peut-ĂȘtre la plus poussĂ©e, de Richard Powers sur le terrain de la science-fiction, mais on y retrouve aussi des similitudes inquiĂ©tantes avec l’AmĂ©rique contemporaine : une mĂ©tĂ©o dantesque, des troubles politiques, un prĂ©sident Ă  la mode Trump, qui tweete Ă  tort et Ă  travers et qui invente des thĂ©ories du complot pour dĂ©noncer une prĂ©tendue fraude Ă©lectorale, un virus mortel qui se transmet des vaches aux humains et qui se propage Ă  toute vitesse avant d’ĂȘtre dĂ©pistĂ©.

Le roman tient lieu Ă©galement d’épilogue Ă  L’Arbre-Monde, dont le succĂšs a fait grimper en flĂšche la renommĂ©e littĂ©raire de Richard Powers. Avec lui, il a remportĂ© le Pulitzer de la fiction en 2019 et s’est retrouvĂ© en lice pour le Booker Prize [Ă©quivalent du Goncourt pour la littĂ©rature anglophone], ce qui lui a valu des Ă©loges de personnalitĂ©s telles que Barack Obama ou Jane Fonda. Mais si L’Arbre-Monde a changĂ© sa vie et sa carriĂšre, il a aussi lessivĂ© Richard Powers, 64 ans aujourd’hui. Au point de le faire hĂ©siter Ă  reprendre la plume.

Faire machine arriĂšre

“Je me disais : ‘Peut-ĂȘtre que ça y est, peut-ĂȘtre que j’ai gagnĂ© le droit de profiter tout simplement de la forĂȘt.’ D’oĂč vient cette idĂ©e que les artistes ne devraient jamais s’arrĂȘter ? s’interroge-t-il. Le problĂšme, c’est que j’ai Ă©crit un livre qui posait une question trĂšs difficile, Ă  savoir : comment se fait-il que nous nous soyons Ă  ce point Ă©garĂ©s et comment est-il possible de faire machine arriĂšre ? Je me suis dit :

“Maintenant que tu as posĂ© la question, pourquoi ne pas Ă©crire un livre sur la forme que pourrait prendre ce changement ?’”

3 rĂ©flexions sur « SidĂ©rations de Richard Powers. Actes Sud. 💛💛💛💛 »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s