L’âge de la lumière de Whitney Scharer. Editions de l’Observatoire .💛💛💛💛

L'âge de la lumière par Scharer

L’âge de la lumière est un très joli roman de Whitney Scharer pour nous raconter la vie romancée de Lee Miller.
Quel maestria pour un premier roman.
Roman historique, biographique mais aussi roman sensuel  et psychologique.
Lee Miller est une jeune américaine de 22 ans qui veut s’éloigner de sa famille et qui vient s’installer en France, à Paris en 1929.
Aux Etats Unis elle était une mannequin réputée,  que mettait en valeur son père Théodore a travers des photos et des nus.
Lee Miller est d’une beauté à tomber par terre mais elle ne souhaite plus être photographiée.
Elle souhaite devenir photographe.
A Paris, dans le monde artistique de 1929 il existe une personne reconnue de tous : Man Ray.
Man Ray est un illustre photographe vivant à Montparnasse et côtoyant Dali, Breton ou encore Cocteau.
Par hasard Lee Miller va rencontrer Man Ray et à force d’obstination elle va convaincre celui-ci de la prendre comme assistante.
D’assistante de Man Ray, Lee Miller deviendra son élève puis son amante.
Cela durera 3 ans de 1929 à 1932.
C’est cette période de  3 ans qui est au coeur du roman de Whitney Scharer.
A travers une documentation de tout premier ordre sur l’époque,  la photographie, Whitney Scharer va nous faire revivre l’évolution amoureuse, psychologique, féminine de Lee Miller, véritable personnage romanesque.
Dans une époque où il est difficile pour les femmes de s’émanciper, Lee Miller va réussir à faire reconnaître son talent alors que  Man Ray la canalise dans un rôle d’assistante et surtout de muse.
Lee Miller porte aussi en elle, l’inceste, le viol de son enfance. Tragédie qui impacte toute relation physique ou amoureuse. L’image du père,  l’image de Man Ray sont la même image de son rapport à  l’homme : une soumission et en même temps un besoin viscéral d’être soi.
Whitney Scharer par son écriture sensuelle donne naissance  un corps à corps physique et mental entre Lee Miller et Man Ray.
Au centre de ce corps à corps, la création,  la liberté, la passion, la dépendance et l’indépendance.
Dépendance au père, à l’amant, à l’homme mais aussi non reconnaissance d’une découverte photographique ( la solarisation ) ou d’une création photographique .
Whitney Scharer parséme son récit de très courts chapitres  pour nous focaliser sur des événements qu’a vécu Lee Miller pendant la Seconde Guerre mondiale.
Devenue reporter de guerre , Lee Miller a été  la première à photographier  Dachau , Buchenwald ou encore Vienne et Berlin.

Ou comment une jeune femme mannequin, se libéra  d’un carcan pour devenir une belle héroïne tragique.

La nuit se lève d’Elisabeth Quin. Grasset 💛💛💛

La nuit se lève par Quin

J’ai retrouvé dans le livre d’Elisabeth Quin La nuit se lève, la journaliste qui anime 28 minutes sur Arte. Les côtés positifs comme les côtés négatifs.
En tant que journaliste elle fait preuve d’une élégance, d’une culture, d’une neutralité qui sied globalement à l’explication factuelle de l’actualité. C’est propre,c’est clair, c’est toujours de bonne compagnie.
Évidemment que l’on retrouve tout cela dans le livre d’Elisabeth Quint.
Et c’est là que le bât blesse et que les côtés négatifs d’Elisabeth Quint ressortent.
Pour parler de sa maladie et de son glaucome qui peu à peu la rend aveugle, elle reste dans le factuel, la comparaison avec des écrivains, des personnages célèbres qui ont connu la même maladie.
Toujours cette pudeur et cette neutralité.
Elisabeth Quint ne réussit pas ( ou n’as pas pu ou voulu) à briser l’armure.
La démarche d’Elisabeth Quint est respectable mais sans se dévoiler plus, ce livre perd beaucoup de son intérêt

Comment j’ai rencontré Les poissons d’Ota Pavel. Editions Do.💛💛💛💛

Comment j'ai rencontré les poissons par Pavel

Très belle découverte que la lecture de Comment j’ai rencontré Les poissons d’Ota Pavel.
Un passage à la Fête du livre de Bron (69) et un arrêt
devant les livres de la Librairie Lucioles de Vienne me met en présence du livre d’Ota Pavel.
Le libraire me parle de ce livre et de son pouvoir positif et joyeux.
Allons-y !
Et bien merci Monsieur le libraire pour votre conseil.
Quel plaisir que la lecture de cette autobiographie.
Je ne dirais pas comme Erri de Luca et Mariusz Szczygiel que ce livre est le plus antidépressif du monde ou encore qu’il produit des bulles de joie sous la peau.
Ota Pavel est un journaliste et écrivian tchèque mort en 1973.
Il a commencé à écrire n 1964 , suite à l’apparition de ses troubles bi-polaires. L’écriture comme thérapie
Et c’est vrai que la joie de vivre , le bonheur simple d’Ota Pavel auprès des rivières et des poissons contraste fortement avec ses troubles bi-polaires .
De même que les événements historiques qui sous-tendent le récit d’Ota Pavel ( La Tchécoslovaquie entre 1936 et 1960 ) apportent un climat pas toujours propice à la joie et au bonheur.
Avoir 9 ans , dans une famille juive en 1940 ne prédispose pas naturellement au bonheur surtout sis le Papa et les frères sont déportés.
Avoir 15 ans à la fin de la guerre et voir s’installer le communisme dans son pays n’engendre pas obligatoirement la joie de vivre.
Hors le contexte historique , j’ai trouvé beaucoup de similitudes entre le livre d’Ota Pavel et les les livres de Marcel Pagnol : Souvenirs d’Enfance – La Gloire de mon père ou encore le Château de ma mère.
Dans les deux cas une nature omniprésente au contact des animaux. Pour Pägnol la Provence , le Garlaban et la chasse aux bartavelles. Pour Ota Pavel les étangs de Bustehrad prés de Prague ,la pêche , les carpes argentées et les anguilles d’or.
Dans les deux cas la figure du père , la relation père fils.
Dans les deux cas de l’empathie , de la tendresse , de l’humour et le bonheur simple de la vie.
La différence entre Pavel et Pagnol : le contexte politique .Autant avec Pagnol on peut reprendre les termes de Eric de Lucca et Mariusz Szczygiel – bulles de joie, anti-dépressif, autant il est difficile avec Pavel de faire abstraction du contexte . le texte , le style sont anti dépressif et peuvent produire des bulles sous la peau; mais ce style léger cache des réalités plus dures, que ce soit le contexte historique ou la maladie mentale de Ota Pavel.
Ce mélange de légèreté et de gravité donne une grande profondeur à cette autobiographie et je reprendrais les dernières phrases d’Ota Pavel dans son épilogue :
« Parfois, assis près de la fenêtre à barreaux, je pêchais ainsi en souvenir et c’en était presque douloureux. Pour cesser d’aspirer à la liberté, il me fallait renoncer à la beauté et me dire que le monde était aussi plein de saleté, de dégoût et d’eau trouble. »
« Tandis que je mourrais là-bas à petit feu, je voyais surtout cette rivière qui comptait plus que tout dans ma vie et que je chérissais. je l’aimais tellement, qu’avant de de mettre à pêcher je ramassais son eau dans mes mains en coquille et je l’embrassais comme on embrasse une femme. »
Ota Pavel est mort en 1973 à 43ans

Les Frères Lehman de Stefano Massini. Globe.💛💛💛💛💛

Les frères Lehman par Massini

Il y a un peu plus de 10 ans , le 15 Septembre 2008 la banque Lehman Brothers faisait faillite et entraînait , dans sa chute la bourse de Wall Street et les autres bourses du monde.
C’est la saga de cette famille Lehman que nous raconte Stefano Massini.
Ironie de de l’histoire c’est à la même date ( 11 Septembre ) , mais en 1844 que commence l’histoire d’ Heyum Lehmann , juif allemand émigrant à New York.
Dés son arrivée dans le carillon que l’on nomme Amérique il devient Henri Lehman avec un seul n.
Au côté de Stefano Massini nous voila emporté dans une fresque grandiose de plus de 800 pages, fresque que Stefano Massini écrira en plus de 30 000 vers non rimés.
Et ce style littéraire donne légèreté, humour à cette fresque.
Cela permet à Stefano Massini, dans ce long poème épique de faire cohabiter drame, roman, éléments documentaires et même poésie. Sans oublier de convoquer les références bibliques et les références cinématographiques.
Tout au long des 800 pages c’est haletant et plus l’histoire avance , plus celle -ci accélère pour nous amener à la faillite de la banque Lehman Brothers.
le résultat est saisissant et l’histoire des trois frères Lehman devient vite l’histoire de l’Amérique moderne passant de la vente du coton et du sucre dans le Sud au financement du charbon, des chemins de fer, ou encore de l’effort de guerre en 1917.
L’histoire de la famille est au centre du poème épique de Stefano Massini.
Les générations se suivent , se transmettent ou refusent de participer à la construction de Lehman Brothers.
La première génération est celle du départ de l’immigration.
La seconde est celle déjà de l’obsession de l’argent pour l’argent. Tout est intermédiation , investissement et financement.
La dernière génération semble écrasé par son destin et l’accélération de l’Histoire.
Etre un Lehman signifie aussi être juif et tout le récit est emprunt de cette judéité au travers des titres des chapitres , des mots hébreux parsemant le texte ou encore par les références bibliques.
Etre un Lehman c’est aussi pouvoir passer du 20 éme rang au 1er rang au Temple et pouvoir faire la nique aux Levisohn ou encore au Goldman Sachs. Et si c’est compliqué il y a encore la possibilité des mariages entre familles.
En se dénaturant la banque finit par sombrer et Stefano Massini réuni une dernière fois tous les Lehman dans une même pièce.
Moment magnifique ou chacun régit selon son trait de caractère.
Puis ils se retirent à l’annonce de la faillite de la banque et entre dans la période de deuil religieux.
Vous ressortez de ce livre totalement étourdi et abasourdi par la virtuosité de Stefano Massini.
168 ans de la vie des Lehman et vous n’avez pas vu le temps passé.

 

Les Frères Lehman de Stefano Massini.  827 pages

La Révolte de Clara Dupont-Monod. Stock💛💛💛💛

La révolte par Dupont-Monod

Voici un livre qui nous ramène dans les temps perdus et peut être oubliés du Moyen Age et des croisades.
Avec La révolte Clara Dupont- Monod nous plonge au cœur de l’Aquitaine , de la France et de l’Angleterre
Nous voilà dans les années 1100 aux cotés d’Aliènor d’Aquitaine , de Louis VII, d’Henri Plantagenet et de Richard Coeur de Lion.
La révolte de Clara Dupont-Monod à trois grande vertus.
Première vertu : bien que ce soit un roman , La révolte nous restitue l’histoire telle qu’elle est. La guerre entre la France , l’Angleterre et l’Aquitaine , mais aussi les alliances les trahisons entre Aliénor d’Aquitaine , Henri et Louis VII.
Comme si cela ne suffisait pas , il y aussi les trahisons entre les enfants dAliènor : Henri, Jean, Richard Coeur de Lion.
Et de se rappeler la geste littéraire et cinématographique avec Ivanhoé.
Deuxième vertu : La révolte nous magnifie un personnage féminin : Aliénor d’Aquitaine , Suffragette du Moyen Age.
Dans ce monde guerrier et masculin , elle ne dépare pas et met sa fougue, sa force ,sa féminité à l’encontre de son propre mari Henri Plantagenet.
Ce portrait de femme est saisissant par son avant- gardisme, cette volonté d’être maître de soi et de rester droite quelque fut la perte de liberté
Enfin ce personnage d’Aliénor ne serait pas complet sans parler de la la relation avec son fils Richard Coeur de Lion.
Relation forte , possessive que de nos jours nous pourrions caractériser comme étant toxique .
Cette relation qui aura un impact direct sur des croisades, des guerres, des morts.
Troisième vertu : La concision du livre de Clara Dupont Monod. Il n’a pas du être simple de nous transmettre ce moment d,histoire et de relation familiale au milieu du bruit des épées , des armures et des trahisons.
Et pourtant le livre est fluide , simple à suivre et à comprendre . Et quelle bonne idée d’avoir inclus des lettres d’Aliènor ou d’Aelis. Ces lettres magnifiques nous élèvent émotionnellement et nous rappellent fort à propos que derrière ce monde de guerre et de trahison , il y a des sentiments et beaucoup de grandeur d’âme.
Je reste pourtant avec une légère restriction sur ce roman.
Je pense que c’est sûrement un parti pris de Clara Dupont-Monod de s’en tenir au fait bien que nous soyons dans un roman.
Dans sa  » note de l’auteur  » elle rappelle qu’on pourrait s’amuser à répertorier ce qui relève de l’imagination ou de la vérité mais qu’on aurait tort d’opposer la mécanique du roman et celle de l’historien, tant les deux sont complémentaires.
Et bien je trouve que la mécanique du roman a pris le pas sur l’histoire et que nous sommes en présence d’une chanson de geste à la magnificence d’Aliénor et de Richard Coeur de Lion alors que se furent tout de même des personnages démoniaques et cruels.
Hormis cette restriction , ce livre reste un beau moment de lecture et de redécouverte de l’Histoire si compliquée entre Le France et l’Angleterre.

La petite fille sur la banquise d’Adélaïde Bon. Grasset 💛💛💛

La petite fille sur la banquise par Bon

Qu’il est difficile de faire une critique sur le livre d’Adélaïde Bon La petite fille sur la banquise.
Ce livre qui nous parle d’attouchements sexuels, de viols, de pédophilie.
Ce livre touche à l’horreur et à l’indicible qu’à vécu , seule, cette petite fille sur la banquise.
On ne sort pas indemne de la reconstruction de la vie d’Adèlaide Bon.
C’est la reconstruction d’Adélaïde Bon après ces 9 ans , après ces actes ignominieux qui l’ont souillés à jamais
Cette petite fille est devenue Elle , comme -ci nous avions à faire à deux personnages qui ne se retrouvent pas.
Cette dualité est très forte et le regard que porte l’auteur sur ces deux personnages est d’une grande force émotionnelle.
Que la vie a du être forte pour faire face à toutes les réactions suite à ces attouchements et viols.
Que la vie a dû être dure pour retrouver une identité , un corps , un désir.
L’ensemble du livre d’Adélaïde Bon est magnifique , bouleversant.
Son cri de rage nous l’entendons, quand elle décrit la non prise en compte par les experts médicaux de ce qu’elle est, c’est à dire une victime.
Son cri de rage nous l’entendons quand elle dit qu’il n’y a pas de mot pour décrire les attouchements sexuels et le viol chez l’enfant.
Nous entendons son récit poignant du procès , nous sommes estomaqués , tourneboulés, émus au dessus de tous , par la litanie des témoignages sombres, terribles mais d’une force inimaginable. Nous touchons l’indicible.
Nous entendons sa révolte vis à vis des hommes et de l’humanité.
Et c’est parce que j’ai entendu tout cela et que j’en ai été touché, ému, questionné que je me permets de ne pas être en accord avec Adélaïde Bon quand elle dit : l’humanité toute entière est un enfant du viol, un enfant transi, sur la banquise, qui nous attend.
Je peux comprendre que vu ce qu’elle a vécu , et qu’elle ait au fond d’elle cette violence.
Mais résumer l’histoire de l’humanité a un viol me dérange quelque peu.

Les Terres Froides Yves Bichet. Fayard 💛💛💛

Les Terres froides par BichetRésumé de L’éditeur

« Tous les matins du monde… sont sans retour. » Voilà bien une phrase, martelée par la mère pendant des années, qui peut marquer toute une vie. Celle du narrateur, sûrement arrivé à l’âge adulte, pris au jeu du « je me souviens ». Un narrateur-auteur né en Isère, dans la région des Terres froides, non loin du mythique lac de Paladru, avec sa cité lacustre et ses chevaliers-paysans. Terre de l’enfance, imprégnée par la poésie des brumes..

 

 

De passage à la librairie Les Lucioles à Vienne ,mon regard est attiré par un livre : Les Terres froides d’Yves Bichet . Est ce que ce livre parlerait de la Région de l’Isère où j’habite ?
Je lis la quatrième de couverture. C’est bien cela. J’achète le livre et dès le retour à la maison je me plonge dans sa lecture.

IMG_8427

Terres froides : Plaine de Bièvre en direction de Beaucroissant

Je connais Yves Bichet pour avoir déjà lu deux de ses livres : La part animale et
L’homme qui marche. Je me souviens de lecture un peu difficile et rude.
Que va t’il en être cette fois ci ?
Je ne suis pas originaire de ces Terres Froides de L’Isère .Cette région m’a acceuili il y a 40 ans , alors que mes origines sont les Flandres françaises .
Et bien le livre d’Yves Bichet à partir de ces souvenirs d’enfance et des personnages qui la compose fait revivre ces Terres Froides. le Style d’Yves Bichet reste égal à lui même et ça râpe un peu !

J’ai retrouvé dans les personnages , les descriptions les Terres Froidesque j’ai découverte depuis 40 ans. Ces Terres Froides où les histoires de capteurs de vipères courent le long du Barbaillon ou de la Bourbre. J’ai retrouvé au travers des Rogations ,les pèlerinages et les processions que ce soit à Notre Dame de la Milin ou encore à La Salette de Bevenais.
Et encore la description climatique et géographique des Terres Froides.
Yves Bichet n’y va pas avec le dos de la cuillère: le froid la neige le brouillard tout l’hiver. Ceux sont des souvenirs d’enfance.
J’ai les mêmes sur mes hivers d’enfance dans les Flandres .
J’ai le souvenir d’hiver complet d’humidité de froid de bruine et de grisaille.
Est ce la réalité climatique ? Non seulement les souvenirs de notre enfance
C’est la même chose pour les Terres Froides.
C’est une région dure et froide mais elle ne se résume pas au brouillard et au froid
Ce pays de collines entre les plaines lyonnaises et les Alpes reste un havre de paix de calme et de ruralité .

 


Se ballader sur ces collines avec la vue sur le Mont Blanc ,Belledone et la Chartreuse est toujours un ressourcement . Et dans le vent on entend toujours les chants et prières des Rogations ,le sifflement des vipères mais aussi la douce nostalgie des histoires d’amour de l’enfance d’Yves Bichet .
Si un jour vous prenez l’autoroute entre Lyon et Grenoble vous traverserez ces Terres Froides. Après Bourgoin l’autoroute vers Grenoble serpente dans les collines . Vous y êtes . Vous êtes dans les Terres Froides. Après avoir passé le Col de Rossatiere un ensemble de collines s’ouvrent à vous. C’est le pays d’Yves Bichet : Virieu,Chabons , Burcin.
C’est le pays de « La Barthélemy  » cette maitresse dont le bureau devient une prison malodorante
C’est le pays d’Antoine le copain ,l’âme soeur
C’est le pays d’Elisabeth, de l’amour et du coup de foudre , le vrai.

Depuis 40 ans c’est aussi mon pays .