Nous, L’Europe banquets des peuples de Laurent Gaudé. Actes Sud .💛💛💛💛💛

Nous, l'Europe : Banquet des peuples par Gaudé

Nous, l’Europe banquets des peuples est de la même veine que de Sang et de lumière. Indignation, colère, passion ,la violence du verbe, le tout au service d’une poésie épique.
Il m’est difficile d’être objectif avec la poésie ou la prose de Laurent Gaudétellement je la trouve juste éprise d’un souffle incandescent,
J’ai offert ce livre à l’une de mes filles en lui écrivant un petit texte sur la page de garde.
Ce sera ma chronique / critique de Nous, l’Europe banquets des peuples
Par dessus les Flandres
Et jusqu’au cours du Rhône
Le banquet de l’Europe est une nécessité
Depuis 4 générations l’Europe à survécu à  la fin de l’ère industrielle,
A une soif coloniale qui a découpé des territoires comme un damier
A La cruauté de deux guerres mondiales qui ont laminé les hommes,
A l’idée  qu’il pouvait y avoir des hommes inférieurs
A La construction d’un mur
A des dictatures sur les terres portugaises, espagnoles, grecques.
L’Europe est revenu de tout malgré sa Technocratie,
Malgré sa difficulté à entendre les peuples
Elle continue à mal entendre
A mal entendre le ressac de la Méditerranée
A mal entendre le souffle des Européens.
Les nationalistes parlent à ses frontières
Et pourtant l’Europe n’a jamais été  aussi nécessaire pour éclairer le monde
Alors n’ayons pas peur des utopies, du partage, de l’invention, des colères salvatrices.
C’est à cette génération , la vôtre mais aussi encore un peu la nôtre,
D’emporter notre Europe dans un fracas d’idées et de rêver plus grand.
Festoyez au Grand banquet des peuples.

De sang et de lumière de Laurent Gaudé. Actes Sud.

En cet avant jour d’élection européenne, je souhaitais vous partager ce texte/poème de Laurent Gaudé. Je m’y retrouve totalement, autant dans les racines que dans la vision de L’Europe.

De sang et de lumière de Laurent Gaudé

Je viens de terres brumeuses
Qui sentent l’odeur chaude des siècles,
La teinture et le houblon.
Je viens des terres que je ne connais pas,
Qui portent des noms à la mine rouge et aux oreilles écartées :
Hazebrouck, Bousbecque, Wervicq , Wattrelos,
Battues par les vents,
Et transpercées d’humidité,
Le Nord industrieux,
Qui embrasse la Belgique
Dans un parfum de labeur.
Le Nord industrieux qui sent le charbon parce qu’il a tant creusé, tant fouillé qu’il en a fait des montagnes,
Ces terrils à la mine sombre qui veillent sur les hommes avec un air de menace.
Tant de carcasses s’y sont usé les os dans des galeries noires qui étaient comme des bouches à avaler les destins.
Le Nord qui sent la poudre aussi,
Champ de bataille depuis des siècles.
Ce temps où l’on mourait au petit matin en armée bien rangée,
Le torse percé, le visage écrasé dans la rosée
A vingt ans à peine.
Pour les armées de l’empereur,
Ou pour défendre des tranchées.
Terres d’assaut, de fuites,
Terres de villes prises, reprises, bombardées.
……
Je viens d’un monde qui sait ce que c’est que de se tordre,
Et avec ça, en plus de la misère,
En plus du dos vouté,
Il y a la guerre.
Les hommes partent, les bombes tombent et l’ennemi approche.
Il faut partir.
L’exode sur les routes de France,
On a marché avec la peur au ventre.
Mon père, nourrisson, braille en appelant le sein
Et dans les charrettes surchargées,
La peur se sentait jusque dans les tétées.
Je viens de cette foule de couvertures, de sacs, de valises mal fermées qui se pressent en direction d’Orléans où l’on sera accueilli par l’oncle et la tante.
…..
L’Europe est née là,
De ces ruines que l’on a voulu un jour transformer en projet.
De ces douleurs qu’on a voulu panser avec la paix.
Je viens de ces terres qui se sont mordues si souvent comme dans un combat de chiens.
…..
Je viens de ce vieil abattoir que fut notre continent,
Jusqu’au jour où ce mot fut prononcé : Europe,
Dans l’espoir de faire taire les loups.
On disait Europe pour calmer sa propre envie de frapper.
On disait Europe pour rompre le cycle des vengeances.
Avons-nous oublié ?
Je viens de ces terres qui savent de quoi l’Europe les a sauvées.
….
L’Europe
Qui, aujourd’hui, a des airs de vieille dame frileuse,
Chacun fait ses comptes,
Chacun se demande s’il y aurait moyen d’avoir un rabais,
Payer moins cher que celui d’à côté.
On veut bien ouvrir ses frontières si cela fait rentrer l’argent,
Mais à tout prix les fermer devant les réfugiés.
L’Europe sans joie, sans élan, sans projet
Comme un bâtiment vide.
L’Europe,
Et ma génération qui l’a croyait acquise
Sera peut-être celle qui l’enterrera.
…..
Le monde entier regarde l’Europe avec envie,
Elle seule ignore qu’elle est riche
Et s’enferme peureuse,
Avec des hésitations de vieille égarée.
La Méditerranée à visage de cimetière.
Chaque jour on meurt en tentant de la traverser.
Depuis des siècles
Chaque pays a connu ses réfugiés.
Grecs, Turcs, Algériens, Siciliens, Pieds-noirs,
Ceux qui fuyaient l’Andalousie d’Isabelle la Catholique,
Ceux qui partaient en Israël,
Les Libanais,
Je viens de cette foule pressée par l’Histoire,
Je suis fils de blessures, de contractions
Mais de la vigne et de l’olivier.
Nous sommes vieux comme le monde,
Héritiers de villes rasées, de peuples en mouvement,
Du désir fou de bâtir pour l’éternité.
….
Nous sommes les fils de l’incendie.
Et notre devoir est de contenir les flammes
Chaque fois, le même combat renouvelé,
Les contenir,
Pour qu’elles rayonnent
Plutôt que de tout brûler.