L’âge de la lumière de Whitney Scharer. Editions de l’Observatoire .💛💛💛💛

L'âge de la lumière par Scharer

L’âge de la lumière est un très joli roman de Whitney Scharer pour nous raconter la vie romancée de Lee Miller.
Quel maestria pour un premier roman.
Roman historique, biographique mais aussi roman sensuel  et psychologique.
Lee Miller est une jeune américaine de 22 ans qui veut s’éloigner de sa famille et qui vient s’installer en France, à Paris en 1929.
Aux Etats Unis elle était une mannequin réputée,  que mettait en valeur son père Théodore a travers des photos et des nus.
Lee Miller est d’une beauté à tomber par terre mais elle ne souhaite plus être photographiée.
Elle souhaite devenir photographe.
A Paris, dans le monde artistique de 1929 il existe une personne reconnue de tous : Man Ray.
Man Ray est un illustre photographe vivant à Montparnasse et côtoyant Dali, Breton ou encore Cocteau.
Par hasard Lee Miller va rencontrer Man Ray et à force d’obstination elle va convaincre celui-ci de la prendre comme assistante.
D’assistante de Man Ray, Lee Miller deviendra son élève puis son amante.
Cela durera 3 ans de 1929 à 1932.
C’est cette période de  3 ans qui est au coeur du roman de Whitney Scharer.
A travers une documentation de tout premier ordre sur l’époque,  la photographie, Whitney Scharer va nous faire revivre l’évolution amoureuse, psychologique, féminine de Lee Miller, véritable personnage romanesque.
Dans une époque où il est difficile pour les femmes de s’émanciper, Lee Miller va réussir à faire reconnaître son talent alors que  Man Ray la canalise dans un rôle d’assistante et surtout de muse.
Lee Miller porte aussi en elle, l’inceste, le viol de son enfance. Tragédie qui impacte toute relation physique ou amoureuse. L’image du père,  l’image de Man Ray sont la même image de son rapport à  l’homme : une soumission et en même temps un besoin viscéral d’être soi.
Whitney Scharer par son écriture sensuelle donne naissance  un corps à corps physique et mental entre Lee Miller et Man Ray.
Au centre de ce corps à corps, la création,  la liberté, la passion, la dépendance et l’indépendance.
Dépendance au père, à l’amant, à l’homme mais aussi non reconnaissance d’une découverte photographique ( la solarisation ) ou d’une création photographique .
Whitney Scharer parséme son récit de très courts chapitres  pour nous focaliser sur des événements qu’a vécu Lee Miller pendant la Seconde Guerre mondiale.
Devenue reporter de guerre , Lee Miller a été  la première à photographier  Dachau , Buchenwald ou encore Vienne et Berlin.

Ou comment une jeune femme mannequin, se libéra  d’un carcan pour devenir une belle héroïne tragique.

Idaho d’Emily Ruskovich. Gallmeister .💛💛💛💛

Idaho par Ruskovich

Idaho d’Emily Ruskovich est un roman sur la mémoire , ce dont on se souvient , ce que l’on oublie et ce qui nous échappe.
Et dans ce roman un certain nombre de moments nous échappe.
C’est toute la force de ce premier roman d’une grande maturité. c’est un roman exigeant car beaucoup de questions restent volontairement sans réponse.
La structure du roman est aussi exigeante car il y a des allers retours incessant, selon les chapitres,entre 1973 et 2005.
Cela semble normal quand on sait que tout se base sur la mémoire , les souvenirs , le chagrin et la perte.
Le point de départ du livre est un infanticide difficilement compréhensible. Une petite fille de 6 ans , May est tué par sa mère Jenny sous les yeux de son père Wade et de sa soeur June qui s’enfuit.
C’est à travers , Ann , la seconde femme de Wade, qu’Emily Ruskovich va nous proposer une reconstitution partielle des faits.
Cette restitution est partielle car Wade atteint d’une maladie dégénérative, tout comme son père et grand père, a la mémoire qui se délite.
A partir de ces pertes de mémoire qu’en est il d’une perception ou d’une réalité. Que pouvons nous comprendre du comportement des autres alors que nous n’avons pas toutes connaissances.
Jusqu’au bout la tragédie gardera une part de mystère.
ce roman est évanescent et obsédant.
Evanescant comme le sont les paysages de l’Idaho entre chaleur mais aussi paysages hivernaux noyés dans la neige et le vent et relevés par la musique au piano que nous joue Ann.
Autour d’Ann et de Wade , le personnage de Jenny interroge, déconcerte ; mais qu’en savons nous réellement ?
Et pour terminer ce billet je reprendrai un extrait de la critique de Télèrama : « L’auteure sidère par son art de brouiller les pistes, d’enterrer les réponses, de voiler les visages, pour laisser la vérité affleurer par scintillement. »

Concours pour le Paradis de Clélia Renucci. Albin Michel 💛💛💛

Concours pour le Paradis par Renucci

Voilà un premier roman qui tient toutes ses promesses.
Clélia Renucci nous entraîne dans la Venise de la Renaissance et pour le Paradis.
Le 20 Décembre 1577 , le Palais des Doges est en feu et plus particulièrement la salle du conseil et ses peintures monumentales.
L’incendie sera circonscrit mais une grande partie des peintures de la salle du Conseil son partie en fumée.
Afin de remplacer la peinture monumentale ( 25 m x 7m) qui orne cette salle , le Doge de Venise met en place un concours ( on dirait maintenant un appel d’offre) afin que des peintres vénitiens répondent à cette demande .
le cahier des charges est simple :
 » On devra peindre comme c’était avant, la gloire des élus du au Paradis. Vous êtes familiers des peintres qui vont ont précédés ; en personnes éduquées, vous connaissez le sens du Christ en gloire au Paradis; donc vous voyez ce que nous avons à l’esprit  »
5 peintres répondront à cette demande. Parmi eux Véronèse , le Tintoret et Bassano.
La réalisation de cette fresque prendra 25 ans.
C’est cette période que retrace Clélia Renucci dans Concours pour le Paradis.
Nous sommes transportés au sein même de la Sérénissime , de ses canaux , ses campis et ses églises.
Nous vivons les conflits larvés entre Véronèse et le Tintoret. Conflits soulignant leurs différences sociales , picturales mais aussi leur style de vie.
Le Tintoret , austère , tourné entièrement vers son art ; alors que Véronèse parade dans Venise auprès des belles Vénitiennes et des maisons de charme.
Nous découvrons aussi de Rome et de L’Eglise . La république de Venise , indépendante, reste tout de même sous le joug religieux de Rome et du Pape , et il est hors de Question de peindre un Paradis iconoclaste.
Enfin la peinture et les techniques de la renaissance sont à l’honneur pour nous faire prendre conscience du temps nécessaire à l’élaboration d’une toile, puis à sa réalisation.
Un roman à relire lors d’un week end vénitien entre Palais des Doges , Campo di Samuele , Dorsoduro ,Cannareggio et Madonna dell’Orto sur les traces du Tintoret et de Véronèse.
Un livre à l’image de Venise

Les Rêveurs d’Isabelle Carré. Grasset 💛💛

Les Rêveurs par Carré

Les rêveurs est le premier roman de l’actrice Isabelle Carré.
Je reste sur une impression mitigée. Autant le début du livre m’a interpellé, questionné , autant dans la deuxième partie j’ai trouvé cela long et un peu trop nombriliste.
Pour tout dire la lecture de la deuxième moitié du livre m’est apparu ennuyeuse et redondante.
Peut être est ce du au partie pris d’Isabelle Carré de ne pas avoir voulu faire un récit chronologique.
On ne se perd pas dans le livre , mais les incessants allers retours dans la jeunesse de l’auteur enlève le poids et la force d’un récit autobiographique linéaire.
Il est vrai que ces allers retours incessants font aussi entrevoir la difficulté de mettre des mots sur des souvenirs , des émotions.
Je n’ai pas réussi à aller derrière le sourire et la discrétion d’Isabelle Carré.
En réalité telle qu’on la connait lors de ces interviews.
Dans cette autobiographie , elle nous dit bien que cela est son grand combat et que l’image qui est donnée d’elle n’est pas conforme.
Cela paraît évident à la lecture des souvenirs de sa vie familiale entre dépression, révélation de l’homosexualité du père et tentative de suicide.
Malgré l’écriture d’Isabelle Carré , la bande son du livre ( Quelle bonne idée !) ou encore les flashs des années 1970/1980 je n’ai pas réussi à complètement entrer dans l’univers d’Isabelle Carré.
Les rêveurs resteront éthérés .

Des femmes en noir d’Anne Isabelle Lacassagne. Editions du Rouerge 💛💛💛

 

Des femmes en noir par Lacassagne

Des femmes en noir est le premier roman d’Anne Isabelle Lacassagne. D’habitude elle écrit des livres pour la jeunesse.
Cette fois-ci , elle s’est inspirée de son milieu professionnel. Travaillant dans un service diocésain , son premier roman a trait à l’Eglise et plus particulièrement a un prêtre dans  une paroisse .
L’idée de départ est simple est en même temps incongrue . Un prêtre , la soixantaine , dénommé André Foucher vient de décéder. Et là stupeur,on s’aperçoit que le prêtre est une femme.
L’Eglise, le diocèse doivent faire face à cette nouvelle.
Pour cela , une enquête est ouverte afin de pouvoir connaitre la vie antérieure du prêtre André Foucher et pour savoir de quelle façon il a pu cacher cela à ses paroissiens et à la hiérarchie de l’Eglise
Les deux personnes nommées pour enquêter sont un jeune prêtre , Bernard-Marie et une laïque , Charlotte , chancelière du diocèse.
Par l’intermédiaire de ces deux personnages nous allons entrer dans le quotidien de la vie du prêtre et d’une paroisse. C’est restitué au plus prés et de façon tout à fait réaliste.
Cette enquête va surtout emmener Bernard- Marie et Charlotte dans la vie antérieure d’André Foucher , dans laquelle se trouve la réponse au fait de ce » prêtre féminin ».Ce livre est aussi et surtout une réflexion sur la place de la femme d’en l’Eglise.
Malheureusement je trouve que livre n’approfondit pas la réflexion sur ce sujet , ni sur le positionnement doctrinal et théologique de l ‘Eglise.
Peut être la faiblesse d’un premier roman , tout comme les situations opportunistes et faciles .( une semaine de vacances chez l’ancienne responsable d’une maison d’accueil – ou tous ces nonagénaires qui ont une mémoire extraordinaire sur des événements vieux de 40 à 50 ans)
La lecture reste agréable et linéaire mais nous sommes dans un entre deux.

Mingus Mood de William Memlouk. Julliard 💛💛💛

Mingus Mood par Memlouk

    
Quelle belle surprise que ce livre de William Memlouk sur Charlie Mingus.
Il est sorti en 2011 et à l’époque c’etait le premier de William Memlouk.
Pour un premier roman il y a une belle écriture et il se dégage de ce livre une atmosphère, un état d’esprit bien jazzy et blues. 
20160811_192138
A travers des éléments autobiographiques et romanesques, William Memlouk nous transporte dans la vie de Charlie Mingus l’un des musiciens de jazz le plus important du 20ème siècle.
Ce roman porte bien son titre : Mingus Mood. Il s’agit bien d’ambiance et d’atmosphère.
Charlie Mingus, personnage entier , haut en couleurs , né dans le ghetto de Watts et devenu un pianiste et contrebassiste de légende.
William Memlouk va s’appuyer sur l’un des moments clés de la vie de Charlie Mingus : le voyage qu’il a fait à Tijuana au Mexique avec ces musiciens pour enregistrer l’un de ces disques fondateurs :Tijuana Moods.
Pour nous parler de ce moment capital, un journaliste va rencontrer en 1981 l’un des musiciens de Charlie Mingus présent à Tijuana.
Au travers de cet interview nous comprendrons ce qu’est le Mingus Mood : un combat contre les blancs et pour la négritude , une exigence musicale mais un toucher de velours sur les cordes de la contrebasse.
Et cette exigence existentielle qui le fait quitter les États Unis pour se rendre à Tijuana .
Tijuana où il apprendra qu’il est atteint d’une maladie dégénérative mais où il créera des morceaux de jazz mélangeant les sonorités blues, blacks et latines.
Avec ce livre nous sommes dans le creuset du jazz, au plus près des plus grands dans les clubs de Greenwich Village.


Ce Mood et ce blues sont l’apanage de la vie de Charlie Mingus .
Et quand on referme le livre il est temps de se plonger dans l’écoute de Tijuana Moods et de sentir la volupté des sons de la contrebasse de Charlie Mingus        

En attendant Bojangles. Olivier Bourdeaut. Editions Finitude 💛💛💛💛

En attendant Bojangles par Bourdeaut

Il n’est jamais trop tard pour livre un livre….
En attendant Bojangles fait partie de ceci. J’avais entendu parler de ce premier roman ayant eu des prix, un tapage médiatique. de ce fait une petite méfiance me tenait à l’écart de cet ouvrage.
Et puis il y a quinze jours Olivier Bourdeaut était présent à La Grande Librairie pour présenter son deuxième roman Pactum Salis.
Et là , l’auteur m’a donné envie de rentrer dans son monde. Donc autant commencer par En Attendant Bojangles.
Direction la Médiathèque , le livre était disponible. Je n’avais pas le souvenir d’un roman si court.
Tout a été dit sur ce roman : l’histoire racontée par l’enfant avec des retours au journal du père George afin de recadrer nos sentiments et émotions , la Maman dont le prénom change au maximum tous les deux jours , Mademoiselle Superfatoire , animal de compagnie on ne peut plus étrange et puis en musique de fond ,la voix lancinante de Nina Simonenous chantant Mister Bojangles.
Ce qui m’a touché c’est le regard de l’enfant et son interprétation des événements. Comment un enfant entrevoit l’amour , la folie mais aussi le monde qui l’entoure. Comment interprète-t il tous les déménagements intérieurs de sa mère.
Ce qui m’ a ému c’est la passion absolue que se voue deux personnes et cette passion va être transcendée par les événements et la maladie.
Tout peut paraître loufoque avec l’échiquier géant , la tonne de courrier non lu et Mademoiselle Superfétatoire.
Mais il faut bien faire vivre cette folie si on ne veut pas se perdre.
Vu par l’enfant cela donne une vie légère , insouciante détachée des normes.
Vue par George et sa femme aux milles prénoms ne pas se perdre c’est vivre cette folie. George était loufoque ,déjanté et il a trouvé « mieux ». Il a trouvé plus fou que lui.
Et c’est avec cette folie qu’il vont construire la réalité de leur vie et non des châteaux en Espagne
Olivier Bourdeaut nous régale par son style , par sa finesse d’écriture et sa facilité à nous montrer la folie que ce soit à travers un enfant ou des adultes.
Chapeau Bas !