Archives pour la catégorie Roman graphique

Gino Bartali un champion cycliste parmi les justes de Julian Voloj et Lorena Canottiere. Marabulle. 💛💛💛💛

Gino Bartali par Voloj

Un champion cycliste parmi les justes, sous- titre de ce roman graphique, nous dit le fond de l’histoire qui est croqué devant nous.
Gino Bartali est un champion cycliste italien qui a remporté trois Tours d’Italie et deux Tours de France.
Sa légende a été magnifiée par le fait qu’il a gagné le Tour de France à 10 ans d’intervalle en 1938 et 1948. Exploit réalisé par seulement deux autres cyclistes professionnelles.
Gino Bartali était connu aussi pour sa foi catholique fortement ancrée en lui. Il était appelé Gino le Pieux.
Voila pourquoi Gino Bartali est connu et reconnu mais entre ces deux victoires dans le Tour de France il y a eu une guerre mondiale et il a refusé d’être un représentant du fascisme et de Mussolini.
A la demande d’un cardinal de l’Eglise catholique il s’est engagé à être un messager clandestin en acheminant des centaines de documents pour sauver des Juifs.
Il prétextait des entrainements pour sa carrière sportive , et les documents cachés dans la selle ou le cadre du vélo, il sillonnait l’Italie afin de sauver des centaines de Juifs.
Il fut à ce titre reconnu comme « Juste parmi les nations » en septembre 2013 et son nom figure au mémorial de Yad Vashem.
C’est cette histoire que nous racontent et dessinent Julian Voloj et Lorena Canottiere.


C’est totalement bouleversant et le dessin , la couleur participe à ce bouleversement. Des pastels de couleurs orange, rouge ou bleu. Des pastels qui donnent une évanescence au récit alors que celui- ci est dur.
Cette évanescence comme une pudeur , une timidité. Celle de Gino Bartali qui ne parla jamais publiquement de ses activités pendant la guerre.
Un roman graphique alliant beauté du trait et de l’âme.

Voloj, Julian - Bibliographie, BD, photo, biographie
Scénariste allemand vivant à New York, Julian Voloj consacre son travail aux différents aspects de l’identité et de la filiation. Il a écrit plusieurs romans graphiques publiés chez Steinkis ou Urban Comics et consacrés à Joe Shuster (co-créateur de Superman), le footballeur Ossi ou encore le peintre Basquiat.
Borgate dal Vivo | Lorena Canottiere
Lorena Canottiere, née en 1972, est une dessinatrice et auteure de bande dessinée italienne. Lorena Canottiere se fait connaître par la publication de ses planches dans des magazines et revues italiennes tels que Internazionale, CorrierinoBlack, Schizzo PresentaFocus JuniorMondo NaifLa Lettura de Corriere della Sera, ANIMALs, Slowfood ou Coconino Press. Elle participe également à de nombreuses expositions1.
Elle travaille ensuite comme illustratrice pour les maisons d’édition italiennes Giunti Editore, EL, Mondadori Editore, Fabbri, Piemme et Rizzoli. De manière plus ponctuelle, la dessinatrice collabore pour la publicité et le théâtre, en plus de concevoir des visuels pour des artistes musicaux2.
En janvier 2018, Lorena Canottiere est récompensée du grand prix Artémisia de la bande dessinée féminine pour Verdad3,4. Paru en avril 2017 aux éditions Ici Même, Verdad est le prénom d’une héroïne de huit ans, installée avec sa grand-mère dans un petit village anarchiste des Pyrénées. Sur fond de guerre d’Espagne, l’auteure raconte l’histoire d’une jeune combattante obstinée et passionnée de justice et de liberté5.
En 2020, son ouvrage Sauf imprévu, est retenu dans la sélection du prix Artémisia 2021

L’arabe du futur. Tome 4. Riad Sattouf. Allary Editions. 💛💛💛💛

L'Arabe du futur, tome 4 par Sattouf

L’arabe du futur est une bande dessiné ou un roman graphique autobiographique de Riad Sattouf. Il est composé de six tomes qui couvre l’enfance et la jeunesse de l’auteur.
Le Tome 4 couvre la période 1987 /1992
Riad a entre 10 et 14 ans.
Le père de Riad a accepté un poste en Arabie Saoudite. La mère de Riad a refusé de le suivre et avec ces 3 enfants, elle revient s’installer en Bretagne, dans sa famille.
C’est toujours avec un égal plaisir que l’on suit l’enfance et l’adolescence de Riad.
De petit blond Riad devient un peu plus châtain. L’enfance et l’insouciance laisse place à l’adolescence à venir.
Rias Sattouf par petites touches amène ce changement.
Des changements paraissant anodins mais entrainant de fortes conséquences que ce soit sur son père sa mère ou Riad.
A travers ce Tome 4 , Riad Sattouf débobine le fil d’une histoire commencé 10 ans avant et qui prend des tours plus dramatiques.
L’Arabe du futur a pris un coup dans l’aile. La multiculture franco-syrienne aussi.
Le propos est sombre. Il s’agit bien du coup d’Etat fomenté par le père.
A suivre…

L’arabe du futur. Tome 3. Riad Sattouf. Allary Editions. 💛💛💛💛

L'Arabe du Futur, tome 3 par Sattouf

L’arabe du futur est une bande dessiné ou un roman graphique autobiographique de Riad Sattouf. Il est composé de six tomes qui couvre l’enfance et la jeunesse de l’auteur.
Le troisième tome couvre la période 1985 /1987.
Riad a entre 7 et 9 ans. Il vit en Syrie avec quelques retours en Bretagne.
Le village ne change pas. Les maisons sont toujours fissurées. Les méthodes d’éducation restent violentes. L’école a un portail sans clôture et les toilettes n’existent pas.
La Maman de Riad supporte de plus en plus mal les conditions de vie et surtout l’attitude de son mari.
Riad prend conscience que ses parents s’éloignent l’un de l’autre.
Quand il est avec ses cousins, ceci de plus en plus souvent font leurs prières , tournés ver La Mecque.
Son père rencontre un personnage haut placé de Syrie, rêve de l’Arabie Saoudite , de la Mecque. Il fait le ramadan.
Riad prend conscience peu à peu de la réalité de la Syrie, de la main mise de la religion, de la corruption et donc du grand changement de son père.
Mais Riad est toujours un enfant qui croit au Père Noel, à la petite souris.
La Maman de Riad est enceinte d’un troisième enfant. Direction la Bretagne.
Pour Riad c’est un temps magnifique avec ces grands parents et la découverte d’une école différente.
Jusque à la naissance de Fadi et le retour trois mois plus tard en Syrie.
et une demande de la Maman : quitter définitivement la Syrie.
Le Papa est d’accord. Il vient d’obtenir un poste en Arabie Saoudite.
Troisième Tome plus noir, malgré l’insouciance de Riad.
Riad Sattouf rend bien ses changements. On croît encore au Père Noel mais le rideau de la petite enfance se déchire peu à peu.
A suivre …

L’arabe du futur. Tome 2. Riad Sattouf. Allary Editions. 💛💛💛💛

L'Arabe du futur, tome 2 par Sattouf

L’arabe du futur est une bande dessiné ou un roman graphique autobiographique de Riad Sattouf. Il est composé de six tomes qui couvre l’enfance et la jeunesse de l’auteur.
Le tome 2 couvre la période 1984- 1985
Riad à 6 ans, il vit avec Papa, Maman et son petit frère Yahya près de Homs en Syrie.
Riad Sattouf reste fidèle à son partage des couleurs pour représenter les divers pays. Il rajoute néanmoins le rouge pour la fiction.
Il va aussi amener un élément différenciant : le cartable de Riad qui sera vert.
Ce deuxième tome installe durablement la famille de Riad dans la Syrie de Hafez El Assad.
Bien que le tome 2 ne dure que deux ans, les thèmes abordés (école- famille- traditions -lien au pouvoir ) fondent le  » durablement » de la famille de Riad en Syrie.
Riad Sattouf conserve la même graphie, la même rondeur dans le dessin. Apparaît une violence plus forte mais toujours vue par le regard de Riad.
Et donc toujours une touche d’innocence et d’inconscience dans le regard de Riad qui a entre 6 et 7 ans..
Tout est dessiné à travers ces souvenirs.
En premier lieu les souvenirs liés à l’école. Première expérience au coeur de la société syrienne. Comme lui a dit son père, afin d’être un arabe du futur, Riad se doit d’être le meilleur et il s’y attache.
Cela lui évite les coups de règles récurrents sur les doigts que subissent ces copains.
Par contre il n’échappe pas à l’hymne national ni à la première sourate du Coran a apprendre par coeur. Une maitresse gant de velours dans une main de fer.
Il y a aussi la débrouille pour obtenir machine à laver, magnétoscope. Marché noir, un peu de corruption et voilà.
et puis il y a l’évolution du Papa. Espérant toujours une meilleure place sociale mais se radicalisant peu à peu au contact de sa mère ou du monde musulman.
Riad reste encore imperméable à tout cela et son père reste un personnage nimbé de grandeur mais qu’il oublie facilement lors de ces séjours en Bretagne.
A suivre…

L’arabe du futur. Tome 1. Riad Sattouf. Allary Editions. 💛💛💛💛

L'Arabe du futur, tome 1 par Sattouf

L’arabe du futur est une bande dessiné ou un roman graphique autobiographique de Riad Sattouf. Il est composé de six tomes qui couvre l’enfance et la jeunesse de l’auteur.
Le tome 1 couvre la période de 1978 à 1984.
En 1980 Riad Sattouf à deux ans . Il est un ange aux cheveux blonds et il était un homme parfait.
Sa maman est bretonne de la région du Cap Frehel. Elle s’appelle Clémentine
Son papa est syrien. Il s’appelle Abdel Razak.
Ses parents se sont rencontrés lors de leurs études à La Sorbonne.
Abdel Razak faisait une thèse en histoire contemporaine. Il venait d’une famille pauvre vivant près de Homs en Syrie.
Il obtint son doctorat et sans en avoir parlé à Clémentine avait postulé pour un poste de maître à Tripoli en Libye.
La famille de Riad partit en Lybie puis en Syrie
C’est cette histoire que raconte le premier tome.
Riad Sattouf s’appuie sur un code couleur que l’on retrouvera dans chacun des tomes.
Ce qui se passe en France est bleu. Pour la Libye le choix s’est porté sur le jaune et pour la Syrie le rose l’emporte. Il y aura quelques planches de verts pour représenter Jersey.
Le dessin de Riad Sattouf est épuré et en grande partie arrondie . Ces arrondis permettent de modérer les scènes de tensions et donnent d’emblée de la bienveillance à certains personnages ( Charles , le grand père ou encore les cousins de Riad )
Riad Sattouf a expliqué le titre de sa bande dessinée L’ Arabe du futur par le fait que son père souhaitait que le panarabisme puisse permettre par l’école, et l’éducation l’installation d’un monde moderne arabe.
Tout ceci est vue par les yeux d’un enfant et Riad Sattouf reste dans se regard d’enfant.
Il constelle ces cases d’apartés qui représentent son ressenti aux odeurs, aux choses qu’il voit : l’odeur de l’herbe, des immondices, du corps des femmes ou une fissure dans un mur, encore une ligne blanche sur la route.
On ressent dans ce tome 1 le lien entre le père et le fils.
Dans le monde de Riad, celui ci s’identifie à son père. Un père arabe, progressiste souhaitant la réussite de Riad et la sienne aussi. Espérant toujours la reconnaissance que lui donne ses diplômes.
Mais en filigrane, sans pouvoir le nommer Riad ressent que ce progressisme arabe cache un fort dégoût d’Israël, des Juifs et des chrétiens.
Par delà la relation père fils, il y a la relation de Riad avec ce monde arabe qu’il ne connaît pas . Petit blond, vite assimilé à un Juif qui va découvrir une famille, des cultures et une école
Tout le talent de Riad Sattouf est de savoir enveloppé d’humour par ses dessins des moments difficiles.
Il parvient à nous transmettre ce regard de l’enfance qui ne conscientise pas toutes les situations.
Enfin ce premier tome est pour nous lecteur un retour dans la Libye et la Syrie des annees 80 et un rappel bienfaiteur sur la dureté de la vie dans ces pays.
Qui pouvait croire qu’en Lybie dans ces années 80, on avait un logement dont la fermeture de la porte se faisait exclusivement par un verrou en extérieur. Ainsi pas de droit de propriété. Si le verrou est mis c’est que la maison est libre.
Donc pour ne pas perdre la maison, on ne sort pas de chez soi. Ou comment brider les libertés.
A suivre..

Celestin et le Coeur de Vendrezanne de Gess. Editions Delcourt.💛💛💛💛

Coup de Coeur pour "Célestin", le nouveau "Conte de la Pieuvre" signé Gess

Célestin et le Cœur de Vendrezanne est le troisième roman graphique des Conte de la Pieuvre.
Cet opuscule peut se lire indépendamment des deux contes précédents.
Nous sommes dans le Paris d’après la guerre de 1870 , plus particulièrement pendant le très glacial hiver de 1879. .Célestin est serveur dans une auberge et ne veut absolument pas se faire remarquer.
Sauf qu’il ne travaille pas n’importe où !
Il travaille à l’auberge de la Pieuvre , qui est le centre névralgique de la Pieuvre, la Mafia Parisienne

.


Sauf que Célestin est aussi hors norme ! Il a le pouvoir de voir la vraie nature des gens et de sonder leur âme.
Mais parfois on ne peut cacher ses pouvoirs.
Devenu par hasard détenteur du secret du passage Vendrezanne, Célestin devra affronter la Pieuvre.


Ce roman graphique devient alors fantastique , envoutant.
Le tout est hallucinant et nous sommes hallucinés par toute cette créativité.
Gess par l’emploi des couleurs différentes selon les points de vue ( le pouvoir de sonder l’âme et de voir la vraie nature des gens) nous mêlent plusieurs réalités dans le déroulé de l’histoire. Qu’en est il de la réalité et de la fiction ?
L’ensemble est d’une grande cohérence, que ce soit dans le découpage des chapitres avec citations en exergue ,la représentation plus que frisquette des quartiers d’un Paris très social.
Le dessin est riche , ample et n’oublie pas de glisser quelques clins d’œil et hommages.
Merci à Babelio , la Masse Critique et les Editions Delcourt pour cette agréable découverte.

Concerto pour main gauche de Yann Damezin. La Boîte à Bulles.💛💛💛💛💛

Concerto pour main gauche par Damezin

Quel coup de coeur ! Quelles découvertes !
Découverte d’un Jeune auteur de Bd , Yann Damezin qui est aussi scénariste.
Découverte d’un personnage , Paul Wittgenstein , pianiste autrichien ayant vécu au début du 20ème siécle et qui a eu le bras droit amputé pendant la première guerre.
Découverte d’un dessin mais le mot est trop faible . Découverte d’une graphie ,d’un art, le tout en noir et blanc.
La premièrepage de se roman graphique donne le ton.
6 cases pour montrer de profil une femme enceinte et ces 6 mêmes cases pour mettre en dessin, en graphie un son , une émotion, un ressenti.
Toute la vie de Paul Wittgenstein librement inspiré par Yann Damezin poursuivra ce postulat. Un dessin pour la biographie et une création graphique pour ressentir; s’émouvoir.
C’est jubilatoire, c’est créatif, sonore, poétique.
A chaque page nous restons béat devant ces sons transformés en feuilles , ces émotions transformées en Gorgone, en animaux fantastiques ou encore en corps déstructurés.
Quand on referme ce roman graphique on est étourdi d’une telle vie car cela est bien la vie de Paul Wiitgenstein, et longtemps la représentation graphique de Yann Damezin nous accompagne et nous donne à entendre différemment le Concerto pour main gauche de Ravel.
Et c’est avec délectation que l’on ouvre à nouveau ce roman graphique pour découvrir les subtilités des dessins
et se laisser emporter par une certaine poésie.

Né en 1991, Yann Damezin a intégré l’école Émile Cohl directement après son bac dans le but de devenir illustrateur. La littérature, le livre et l’image sous toutes leurs formes le passionnent. Ce Lyonnais aime les univers étranges et oniriques, et son travail se nourrit d’influence très diverses : miniature persane, primitifs italiens, expressionnisme etc..